Facebook - Fake News

Facebook a un plan !

L’incontournable Facebook est, encore une fois, au centre d’une vaste polémique ! En effet, depuis quelques temps, le réseau social se mue petit à petit en un média d’information. Une position intéressante ? Pas tant que ça, car il se retrouve soumis aux mêmes attentes de vérité que la presse. Des enjeux qui se révèlent essentiels pour le réseau de Mark Zuckerberg.

Sur Facebook, votre temps c’est de l’argent

On dit souvent en marketing : « Quand c’est gratuit, c’est vous le produit ». Cela semble plus que vrai pour Facebook ! Et il est possible de le mesurer en temps réel. Grâce au travail de deux chercheurs qui se sont intéressés à la publicité sur le net, vous pouvez désormais savoir ce que vous rapportez à l’empire Facebook. Ces chercheurs ont développé une application appelée Facebook Data Valuation Tool (lien : http://fdvt.org/#download ). Celle-ci s’intègre à votre navigateur et analyse les publicités qui s’affichent sur votre écran. Quelques calculs et hop ! Vous connaissez votre valeur aux yeux du plus grand réseau social actuel.

Facebook & les « Fake news »

La débâcle américaine

Il s’agit donc d’une machine particulièrement efficace. Mais depuis quelques temps, la belle mécanique bute sur un obstacle inattendu : la multiplication et la propagation de fausses informations. Ce phénomène a pris une telle ampleur qu’on a reproché au réseau social d’avoir influencé les élections américaines.  Certains considèrent que des infos erronées au sujet d’Hillary Clinton et Donald Trump auraient favorisé la victoire du milliardaire. La firme de Mark Zuckerberg, qui a d’abord préféré se défendre de toute responsabilité, a finalement dû faire son mea culpa face au mécontentement général.  Une attitude qui se comprend facilement lorsqu’on sait ce qu’un utilisateur mécontent représente comme perte économique pour Facebook.

Facebook Hoax

Merkel Vs. Facebook

Ces dérives pourraient coûter cher à Facebook, au sens propre comme au sens figuré ! En effet, l’Allemagne aimerait sanctionner le réseau social s’il n’empêche pas la propagation de fausses infos. Le pays, qui organise des élections l’année prochaine, craint les mêmes dérives qu’aux Etats-Unis. les autorités allemandes souhaiteraient sanctionner Facebook d’une lourde amende s’il ne supprime pas dans les 24h les informations identifiées comme fausses.

Il était donc urgent de réagir du coté de Mark Zukerberg. C’est désormais chose faite ! Le réseau social a fait savoir qu’il allait mettre en place des mesures pour lutter contre ce phénomène.

Le plan de Facebook

  • Le « Fact-Checking »

Afin de préserver sa neutralité, le réseau social compte majoritairement miser sur ses utilisateurs pour faire le tri. Ainsi, c’est sur le « Fact-Checking » que travaillent les employés de Mark Zuckerberg. Cette démarche qui consiste à vérifier la véracité des informations permet à l’utilisateur de signaler, grâce à un bouton en haut de la « news », une fausse information. Une mention indiquant que la nouvelle a été jugée incorrecte accompagnera alors la « news ». Une solution qui permettrait à Facebook de ne pas jouer les « censeurs » et de laisser faire sa communauté.

Facebook compte aussi faire appel à des organisations tierces spécialisées dans le « Fact-Checking ». Lorsqu’une information sera infirmée par un de ces organismes, une mention apparaîtra également et attirera l’attention de l’utilisateur s’il veut partager ce contenu.

  • Le classement dans le newsfeed

À l’avenir, l’algorithme de Facebook prendra certainement les signalements en compte. Les articles jugés frauduleux se verront normalement rétrogradés en bas du fil d’actualité. Par extension, il est probable que les articles massivement lus mais peu partagés subissent le même sort par précaution. Le réseau partirait alors du principe que s’il n’a pas été partagé, c’est qu’il a déçu les lecteurs.

  • La limitation de la monétisation

Comme souvent, c’est une question d’argent qui se cache derrière tout ça. Le but des créateurs de ces fausses informations est, la plupart du temps, d’attirer du trafic vers leur site. Facebook va donc désormais empêcher de masquer les URL, afin que l’internaute sache d’avance vers quel site il sera redirigé. Une fois le système de « Fact-Checking » mis en place, Facebook prévoit de surveiller les sites qui auront été signalés plusieurs fois et de priver ceux-ci de revenus publicitaires.

Addressing Hoaxes and Fake News from Facebook on Vimeo.

Facebook sans fausses infos, on y croit ?

Il est évident que les mesures proposées semblent bien minimes face à l’ampleur du phénomène « Fake news ». Le réseau social se montre plus que frileux en matière de censure et de liberté d’expression, tenant absolument à rester en dehors de tout système de valeur. Espérons que ces mesures dissuaderont au minimum les fraudeurs les plus opportunistes. L’essentiel étant avant tout de susciter une vraie réflexion chez les utilisateurs du réseau social. Il revient à tout un chacun d’être critique et de vérifier ce qu’il est en train de lire.

N’hésitez pas à consultez tous nos articles à propos de Facebook !

Image à la une : designed by freepik

Madila Marbaix

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *