Médias sociaux image

Les médias sociaux, les nouveaux journaux ?

Médias sociaux et réseaux sociaux sont des espaces d’expression. Mais pourquoi les internautes ne différencient-ils plus les vraies informations des fausses ?

Les internautes et l’information

Petit rappel, les médias sociaux désignent l’ensemble des plateformes et pages web qui proposent des activités dites sociales, tel Wikipedia. Bien entendu, ce terme inclut les réseaux sociaux.

Avec l’utilisation des médiaux sociaux, la diffusion de l’information est passée de verticale à horizontale voir transversale. Concrètement, l’information ne passe plus uniquement des médias traditionnels vers le public, mais plutôt via le partage et l’échange d’informations sur le web. Grâce à ces techniques, l’information est diffusée de manière plus intense. Cela devient vite viral. Oui certes, il y a une diffusion à plus grande échelle mais attention à ce qui est partagé. Dorénavant, l’internaute trouve de tout et n’importe quoi sur le net.

Par conséquent, le défi de l’internaute  est de démêler le vrai du faux. Cependant , fait-il encore l’effort d’aller vérifier les sources? Apparemment, les comportements ont changé : une partie des lecteurs se fichent de la vérité tout simplement. Ils rechercheraient uniquement des informations qui confirment leurs convictions et  leurs aprioris. Les psychologues  appellent ce phénomène le biais de confirmation.

Le biais de confirmation est renforcé par la personnalisation des médias sociaux. Effectivement, les avis contraires aux nôtres ont peu de chance de nous atteindre. Nous ne suivons que les personnes qui implicitement renforceront nos croyances.

Les journalistes et les médias sociaux

Pour survivre, la presse écrite a migré sur le web.  En effet, les journalistes ne peuvent plus ignorer ces nouveaux outils d’expression et de mise en relation avec des publics variés.

Les médias sociaux offrent de nombreux avantages tant pour les journalistes que pour les internautes:

    • l’accès à l’information est instantané,
    • l’accès à une plus grande diversité de l’information, de personnes et d’opinions,
    • la diffusions agrandie et efficace des contenus,
    • l’humanisation des auteurs d’articles,
    • la publicité ,
    • la liberté de ton, d’opinions…

 

Les tweets en direct de Stella Bugbee

Les médias sociaux sont bien pratiques dans la vie quotidienne de tous, certes. On peut tout trouver sur le net. Malgré tout, ce n’est pas pour autant que les journalistes ne vont pas vérifier leurs sources. Mais alors, pourquoi les internautes ne font-ils plus confiance aux médias traditionnels et aux journalistes ?

Tout simplement car les réseaux sociaux apportent un changement majeur: la liberté. Assurément, les journalistes s’autorisent une liberté de ton, d’opinions, de choix de sujet que leur hiérarchie ne leur autoriserait pas. Internet est un espace mi-personnel, mi-rédactionnel, autorisant donc un autre regard.

C’est peut-être ce dernier point qui perd les lecteurs: ils ne savent plus différencier l’opinion personnelle d’un article objectif. Il y a un amalgame. C’est pourquoi,  de nombreux journalistes précisent, de manière tantôt sincère, tantôt provocatrice, que « leurs tweets n’engagent qu’eux ». Ou s’ils ne le font pas eux-mêmes, leur direction le fait.

Profil Twitter Olivier Siou

Profil Twitter d’Olivier Siou

L’équilibre difficile entre journalisme et médias sociaux

Les journalistes sont divisés. Certains pensent que ceux qui contribuent aux médias sociaux sont avant-gardiste de l’opinion publique, peuvent l’influencer et partager leur avis, tandis que d’autres pensent tout le contraire.

L’avantage d’être présent sur les réseaux sociaux est de se mêler à des conversations citoyennes pour que l’information émise et le site d’origine (du journal) puissent en rester au centre. Mais nous l’avons vu à de nombreuses reprises, par exemple lors des élections américaines, les dérives arrivent vite.

Les médias sociaux changent les usages et forcent les entreprises médias à faire des compromis.  Assurément, les quotidiens en ligne ne sont plus capable de fournir la même qualité d’information que les journaux traditionnels. Les plus visibles seront ceux qui auront relayer le plus rapidement le dernier scoop en date.

Envie d’en savoir plus? Aller écouter la chronique économique « Le biais de confirmation… » d’Amid Faljaoui

Thuy Strypstein

3 Comments

  1. J’avais écouté avec encore plus d’intérêt que d’habitude, cette chronique de l’excellent Amid Faljaoui qui mettait en avant le biais de confirmation. Je m’interroge juste cette idée de « vérifier ses sources » pour l’internaute. Quel moyen a t il donc de vérifier réellement ses sources?

    • Il y a plusieurs moyens de vérifier ses sources:
      1. Vérifier si la source est spécifiée. Si oui, cela peut être un bon indicateur sur la crédibilité de ce qui est relayé.
      2. Aller lire le « à propos » d’un site Internet peut être un bon indice de la fiabilité de votre source.
      3. Vérifier la date, l’auteur, son statut afin de constater s’il en a la légitimité.
      4. Favoriser les sources reconnues : agence de presse, sites institutionnels, etc. Cependant, attention car certains journalistes peuvent relayer de fausses informations.
      5. Confronter ses sources, les comparer et les recouper.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *