seo-international-les-bonnes-pratiques

SEO international : les bonnes pratiques

Le SEO international est une discipline qui peut décourager les non-initiés. Comment cibler les différents marchés convoités en restant pertinent ? Quelles mesures SEO entreprendre ? L’équipe WebAreYou vous fait le point sur les bonnes pratiques.

Multilingue vs multirégional

Commençons par une mise au point terminologique indispensable. En SEO international, il faut faire la distinction entre les sites web multilingues et multirégionaux.

Un site multilingue propose du contenu dans plusieurs langues. C’est le cas des sites de certaines entreprises belges dont le contenu est disponible en français, en néerlandais et/ou en allemand. Ils ne ciblent pas forcément différentes zones géographiques.

Un site multirégional cible des internautes de plusieurs pays différents. Ainsi, les sites qui visent à la fois les États-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada anglophone sont des sites multirégionaux.

Certains sites sont à la fois multilingues et multirégionaux. Par exemple, un site peut proposer une version pour la Belgique et une autre pour la France, et être disponible en français, en néerlandais et en allemand dans la version belge.

Le référencement d’un site web multilingue et/ou multirégional est, certes, une stratégie complexe, mais pas insurmontable. Il suffit de suivre les bonnes pratiques.

Le ciblage linguistique

Une étude sémantique s’impose !

L’étude sémantique est indéniablement le pilier du SEO international. Les volumes de recherche de mots-clés varient d’une langue à une autre et d’un pays à un autre. En effet, un mot-clé très populaire en français le sera peut-être moins en néerlandais ou en anglais. De même, certains termes utilisés ne seront pas les mêmes en fonction des zones géographiques: un Français n’utilise pas forcément le même vocabulaire qu’un Belge ou un Canadien francophone. D’où la nécessité de bien cibler vos mots-clés pour chaque langue, région ou pays visé.

Soignez votre contenu, Google n’aime pas les traductions bâclées !

La traduction du contenu de votre site par une personne parfaitement bilingue est une condition sine qua non à un SEO international réussi. L’utilisation d’un outil de traduction automatique est à proscrire. Les traductions automatiques ne sont pas pertinentes et peuvent être considérées par Google comme du spam.

Pour déterminer la langue utilisée par un site web, Google analyse lui-même les pages et ne tient pas compte de la balise <html lang=”fr”>. Afin de lui faciliter la tâche, la totalité du contenu doit être correctement traduite, y compris les éléments de l’URL, du menu, du header et du footer.

Veillez à avoir une URL spécifique pour chaque traduction

Pour éviter toute confusion, Google conseille de distinguer les pages traduites dans différentes langues par le biais d’URLs différentes. Par exemple, dans l’URL de la page d’accueil de l’ULg, on retrouve « fr » pour la version française et « en » pour la version anglaise :

  • https://www.ulg.ac.be/cms/c_5000/fr/accueil
  • https://www.ulg.ac.be/cms/c_5000/en/home

L’emploi des cookies pour détecter la langue des utilisateurs et les rediriger automatiquement vers la bonne version est à éviter. Si les différentes langues du site sont gérées par les cookies, Google ne pourra pas les indexer et ne prendra en compte que la langue par défaut.

Le ciblage géographique

Google a besoin d’identifier la zone géographique visée par votre site. Cette information lui permet de proposer aux internautes des résultats de recherche pertinents dans les différents pays. Afin de lui faciliter la détection de votre marché cible, prenez en considération les éléments suivants :

Les ccTLDs (country-code Top-Level Domains)

En français, domaines nationaux de premier niveau. Ce sont des extensions, à la fin de l’adresse d’un site web, associées à un pays spécifique : .be pour la Belgique, .uk pour la Grande-Bretagne. Ils indiquent à Google et à vos utilisateurs que votre site cible tel ou tel pays.

Les gTLDs (Generic Top-Level Domains)

En français, domaines génériques de premier niveau . Ce sont des extensions réservées à certains secteurs d’activité et de domaines accessibles à tous. Par exemple : .org, .com, .edu, .gov

Si votre site a un nom de domaine générique de premier niveau, vous pouvez utiliser l’outil de ciblage international de la Search Console afin de signaler à Google que votre site cible un pays spécifique. Par contre, vous ne devez pas utiliser cet outil si votre site cible plusieurs pays.

La structure des URLs

Il existe trois possibilités différentes pour structurer vos URLs afin de faciliter le ciblage géographique :

  • un ccTLD: webareyou.be
  • un sous-domaine (une extension qui précède le nom de domaine) avec un gTLD: fr.webareyou.com, uk.webareyou.org
  • un sous-répertoire (une extension, entre deux barres, qui suit le nom de domaine) avec un gTLD: webareyou.com/fr/, webareyou.org/uk/

En utilisant l’une de ces trois structures, Google pourra détecter plus facilement la zone géographique visée.

Les attributs « hreflang » et « canonical »

Hreflang

Cet attribut permet d’indiquer à Google qu’une même page existe dans plusieurs langues. Ainsi, il pourra afficher l’URL qui correspond à la langue ou à la région de l’internaute dans les résultats de recherche.

Imaginons une page web en anglais hébergée à l’adresse http://www.example.com/ et une version en français à l’adresse http://fr.example.com/. Vous pouvez signaler à Google, grâce à « hreflang », que l’URL française est l’équivalent en langue française de la page en anglais. Voici comment procéder :

Dans la section <head> du code HTML de la page http://www.example.com/, ajoutez un élément link qui renvoie vers la version française de la page à l’adresse http://fr.example.com/, comme suit: <link rel= »alternate » hreflang= »fr » href= »http://fr.example.com/ » />

Canonical

L’attribut « canonical » vous permet de remédier aux problèmes du contenu dupliqué. Effectivement, si plusieurs pages de votre site proposent le même contenu sur des URLs différentes (par exemple, sur http://webareyou.fr, http://fr.webareyou.com et http://webareyou.com/fr/), il faut utiliser « canonical » pour désigner une seule URL de référence pour ces pages.

Supposons que vous souhaitez définir https://blog.example.com/pets/cats-are-awesome/ comme votre URL de référence, même si plusieurs URLs permettent d’accéder à ce contenu. Vous pouvez l’indiquer à Google de la manière suivante :

  • Balisez la page canonique et toutes les autres variantes avec un élément « link » rel= »canonical ».
  • Ajoutez un élément <link> avec l’attribut rel= »canonical » à la section <head> de ces pages, comme suit: <link rel= »canonical » href= »https://blog.example.com/pets/cats-are-awesome » />

Avez-vous des remarques sur cet article ou d’autres astuces pour bien réussir le SEO international ? Partagez-les avec nous !

Sources:

 

Houda Joubail

4 Comments

  1. Merci pour l’information! Il n’y a pas beaucoup de monde qui sait qu’il faut éviter L’emploi des cookies pour détecter la langue des utilisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *