Google Arts & Culture: la vitrine culture 2.0

Depuis septembre 2016, le Muséum des Sciences Naturelles de Bruxelles a fait sa grande entrée sur la plateforme Google Arts & Culture. Ce site internet d’un genre nouveau permet à n’importe quels internautes de visiter les collections des musées du monde entier.

Le British Museum, le musée Yad Vashem ou encore le Museo Galileo à Florence sont les prestigieux voisins de « notre Noir-Jaune-Rouge » Muséum des Sciences Naturelles de Bruxelles depuis septembre 2016.

oki-4

© Capture d’écran de la visite 3D du Musée des sciences naturelles, Bruxelles. Google Arts & Culture

Observons à la loupe le nombre de musées et de théâtres belges présents sur la plateforme Google. On se rend vite compte que la majorité des musées belges présents sur la plateforme se situent à Bruxelles mais surtout et beaucoup en Flandres. Notre petit coq wallon se trouve, hélas, bien sous représenté chez Google. Et c’est bien dommage puisque la plateforme est gratuite pour les musées et théâtres voulant entrer dans l’encyclopédie artistique du géant américain.

Google Arts & Culture, c’est quoi?

Faisons un rapide saut dans le temps. En 2011, Google a créé le Google Cultural Institute, un organe dont le but était de mettre à disposition de tous un aperçu du patrimoine culturel mondial. Une création de plateforme plus tard, Google nous propose un service gratuit de consultation en ligne d’œuvres d’arts du monde entier mais aussi de visite 3D de lieux culturels via leur technologie « World Wonders Project ».

Au lancement de la plateforme, Google Arts & Culture comprenait 42 expositions en ligne. Aujourd’hui, c’est plusieurs millions de photos, de vidéos et de documents en ligne qui sont disponibles aux quatre coins du globe.

rechercher-google-arts-culture

© Capture d’écran du site Google Art et Culture

L’art posté sur le net…  Est ce toujours de l’Art ?

Entrer instantanément dans l’univers du MOMA à New York en étant tranquillement assis dans son fauteuil ? Une hérésie pour certains… Une incroyable opportunité pour d’autres.

La culture possède pour certains puristes une dimension presque sacrale. Et ça se comprend. L’art se vit, se ressent et l’écran tactile peut paraître tellement froid et impersonnel.

Toutefois, je me permettrais la réflexion suivante: n’oublions pas que la vocation essentielle de l’art réside dans sa notion de transmission. La culture doit se partager puisqu’elle a un rôle social et éducationnel évident. Notre siècle est et sera numérique. Et s’il y a bien un fait incontestable de nos jours, c’est que le web est l’espace de partage le plus important que l’Histoire ait compté. Alors pourquoi ne pas l’utiliser intelligemment pour profiter pleinement de son rayonnement ?

Pour en savoir plus sur ce que le web peut apporter à votre musée, théâtre ou centres culturels, inscrivez-vous gratuitement à notre webinaire « Musées, théâtres, centres culturels : direction la culture 2.0 » prévu ce 23 novembre à 14h30 ! 

Sara Cernero

One Comment

  1. Merci pour cet article intéressant qui pose également la question du retard wallon. Je suis d’accord avec vous quand vous écrivez que « La culture doit se partager puisqu’elle a un rôle social et éducationnel évident». Est-ce que Google doit avoir le monopole de cette transmission ? Je me permets de rajouter la dimension « Soft Power » dans la stratégie de Google. La presse s’est d’ailleurs largement interrogée sur le but réel de l’Institut. Que cherche Google ? Eléments de réponse : http://bit.ly/2fYamOw

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *