le-numérique-a-l'école-ou-en-est-la-Belgique

Le numérique à l’école: où en est la Belgique?

Le numérique à l’école est une réalité qui s’impose à la Belgique. Les enjeux sont tels que le pays ne peut se permettre de rester à la queue du peloton. Des mesures ambitieuses ont été prises, mais le fossé numérique subsiste, tant entre la Wallonie et la Flandre, qu’entre la Belgique et les autres membres de l’UE.

La Wallonie, à la traîne derrière la Flandre

Une enquête de l’Itinera Institute en 2015 a mis en évidence la fracture numérique entre la Wallonie et la Flandre en matière d’enseignement. Les écoles wallonnes sont à la traîne vis-à-vis des écoles flamandes au niveau des infrastructures, comme le montre le graphique ci-dessous.

le-numerique-a-lecole-ou-en-est-la-belgique-graphique

La Flandre a également l’avantage sur le plan des compétences de ses enseignants. En effet, la majorité des participants à l’enquête considère que leurs connaissances numériques sont suffisantes pour l’exercice de leur métier. En Wallonie, en revanche, moins de 2/3 des enseignants estiment avoir les compétences numériques requises. En général, ils sont demandeurs de plus d’accompagnement par le biais de formations continues ou de coordinateurs TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement). L’enquête est toutefois porteuse d’espoir, car elle révèle l’enthousiasme des enseignants wallons en faveur de l’intégration du numérique à l’école. Alors, quid des mesures concrètes?

Des mesures, il y en a…

La Wallonie multiplie les initiatives pour lutter contre la fracture numérique à l’école. La dernière en date se traduit par le plan « École numérique », lancé en 2011, qui s’inscrit dans la continuité des deux plans antérieurs : « Cyberécole » en 1999 et « Cyberclasse » en 2005.

De Cyberécole à Cyberclasse

« Cyberécole » et « Cyberclasse » visaient à équiper les établissements scolaires wallons d’ordinateurs. Le but: atteindre la norme d’un ordinateur pour quinze élèves. Si l’objectif, en termes purement quantitatifs, a été atteint, le basculement vers le numérique ne s’est pas opéré. Un rapport de la « Task Force École numérique » en 2011 montre que les plans ont été menés sans encadrement des enseignants ni prise en compte des coûts induits en interne pour l’installation et la maintenance des équipements.

Vers une « École numérique »

Un troisième plan TICE a vu le jour en 2011 avec un objectif nettement plus qualitatif. Toute mesure d’équipement numérique dans les écoles doit désormais s’inscrire dans le cadre d’un programme pédagogique élaboré par les équipes éducatives. Concrètement :

  • 3 appels à projets ont été lancés en 2011, 2013 et 2014.
  • 300 écoles pilotes ont été sélectionnées et ont pu bénéficier du matériel nécessaire à leurs besoins.
  • En juillet 2016, le gouvernement wallon a approuvé un nouveau plan d’équipement numérique de 62,6 millions d’euros qui s’étalera sur 7 ans.
  • Ce plan permettra de financer 500 projets soumis par des écoles wallonnes, de la maternelle au secondaire.
Un « Plan multimédia » pour la Région bruxelloise

La Région de Bruxelles-Capitale fait course à part en lançant son propre plan TICE. Conçu en 1999, le « Plan multimédia » a permis d’équiper 550 écoles tous niveaux et réseaux confondus.

Afin de valoriser l’utilisation des équipements fournis, la Région démarre en 2014 le projet « Fiber to the School ». Le principe: installer une infrastructure en fibre optique dans les écoles pour leur offrir une connexion internet à haut débit. Le déploiement de cette nouvelle étape-clé s’étalera sur six ans, à raison d’environ 28 écoles par an.

La Belgique: mauvaise élève du numérique en Europe

En février 2013, à la demande de la Commission européenne, European Schoolnet et l’Université de Liège publient une étude sur l’utilisation du numérique à l’école en Europe. La Belgique y fait figure de mauvaise élève comme l’indiquent les conclusions suivantes :

  • Plus d’un élève sur dix est dans une école où la majorité de l’équipement informatique est en panne ou obsolète.
  • Seulement 10% des élèves sont encadrés par des enseignants à l’aise avec les TICE (contre 20 à 25% en moyenne dans les autres pays d’Europe).
  • Plus de 50% des élèves sont dans des écoles caractérisées par un accompagnement faible, voire inexistant, pour l’utilisation des TICE.

À la veille de 2017, et compte tenu des nouvelles mesures entreprises en faveur du numérique à l’école, la Belgique sera-t-elle capable de rattraper son retard?

Vos pronostics et commentaires sont les bienvenus.

Sources:

Pour en savoir plus sur le numérique en Belgique, consulter aussi: Le digital : fossoyeur ou sauveteur de l’emploi en Wallonie?

 

Houda Joubail

2 Comments

  1. Merci pour cet article détaillé. Je note ceci « Ce plan permettra de financer 500 projets soumis par des écoles wallonnes, de la maternelle au secondaire. » Internet est la 3ème révolution dans l’histoire de l’humanité (Michel Serres) après l’écriture et l’imprimerie. Ne pas en tenir compte à l’école serait une erreur mais faut-il pour autant l’intégrer dés la maternelle ? A lire pour alimenter la réflexion un article sur des dirigeants d’Apple, Google ou Twitter qui limitent l’usage des nouvelles technologies chez leurs enfants, estimant qu’elles pourraient nuire à leur développement. : http://bit.ly/1viKDPe

    • Merci pour ton commentaire Rino. En effet, l’utilisation du numérique dès la maternelle est un sujet qui fait débat. Alors que certains parlent de « vertus », d’autres mettent en garde contre une utilisation trop précoce. Ta réflexion mériterait bien d’être approfondie dans un nouvel article par WebAreYou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *