Emploi : les rois du code en pole position (LinkedIn)

Emploi digital: les rois du code en pole position (LinkedIn)

Sur le marché de l’emploi français, développeurs web, développeurs logiciels et ingénieurs SI sont les fonctions les plus recherchées. En Belgique aussi…

Postes numériques, LinkedIn scrute ses bases

Sur le marché de l’emploi digital, coder, programmer, développer sont des métiers qui font rêver. Pour être titulaire de l’une de ces professions, on rêverait statistiquement de décrocher la Lune. Le réseau social professionnel LinkedIn l’a constaté dans ses data banques, françaises en l’occurrence: soit 12 millions d’utilisateurs et 6 millions d’offres d’emploi disponibles. Le classement a été dressé pour Le Monde Campus. Conclusion: trois métiers numériques, plutôt rois du code, arrivent en tête du Top 20 des métiers les plus recherchés:

 

  • Développeurs logiciels (Java, Javascript, SQL)
  • Développeurs web
  • Ingénieurs système d’information (Linux, Microsoft Office, Windows Server)

 

But de la manœuvre? Repérer les tendances des métiers les plus recherchés sur sa plateforme. Et aussi les profils renseignés les plus représentés, pour dresser une cartographie des besoins en matière d’emploi à l’échelle d’un pays. LinkedIn s’est déjà mis en jambe sur le même sujet pour la ville de Manchester.

 

Professions digitales en tête

 

Aujourd’hui, codeurs et ingénieurs SI ont bien capté leur attractivité respective sur LinkedIn. Dans ses colonnes, Monde Campus a encarté les conclusions du réseau social professionnel ainsi :

 

20 métiers recherchés 20 métiers représentés
1 développeur logiciels développeur logiciels
2 développeur web consultant management
3 ingénieur SI employé administratif
4 ingénieur commercial chef de projet
5 responsable commercial technicien
6 commercial instituteur/enseignant
7 graphiste assistant de recherche
8 consultant management conseiller financier
9 auditeur responsable marketing
10 ingénieur prod’/mécanique chef de projet
11 entrepreneur/fondateur avocat
12 architecte commercial
13 data analyst formateur interne
14 responsable RH responsable RH
15 chef projet agent assurances
16 chef produit architecte
17 responsable marketing graphiste
18 directeur opérations comptable
19 comptable cuisinier
20 responsable formation psychologue

 

Source: Le Monde Campus

 

Emplois à créer: 220.000 d’ici 2022

 

En France comme en Belgique, ces métiers du numérique sont des fonctions critiques, en pénurie. Là-dessus, rapports et études s’accordent tous. France Stratégie renchérit dans un récent rapport du groupe Prospective des métiers et qualifications. A l’horizon 2022, l’étude relève que 220.000 emplois supplémentaires pourraient voir le jour, le numérique en tête. Chez nous, le Forem note le même ‘trend’. Certains métiers digitaux font partie des 18 fonctions en pénurie récurrente au cours des cinq dernières années:

 

  • développeur informatique
  • analyste informatique
  • développeur web

 

Aujourd’hui, ces intégrateurs du numérique ne sont plus les cow-boys des années 90 se formant au petit bonheur, en autodidactes. Universités et écoles supérieures ont pris la relève. Et parfois en organisant des formations courtes comme le programme Devschool , grande école du numérique de Paris-La Défense: elle sort des développeurs juniors en un an. «Une école de la deuxième chance, précise son directeur, pour ceux qui ne sont pas des stars académiques, mais qui aiment l’informatique.»

 

Savoir-faire oui,… et savoir-être

En particulier, les écoles d’ingénieurs ont dû adapter leur cursus au numérique. Pour mieux imprégner leurs ouailles de culture informatique. Comment? En généralisant les cours de big data et cyber-sécurité de la chimie à l’agroalimentaire, dans toutes les disciplines. Les entreprises, elles, ont besoin de salariés qui maîtrisent des compétences techniques, évoluant toujours plus vite. En conséquence: ces ingénieurs diplômés doivent aussi avoir une bonne connaissance des enjeux de transformation digitale s’insinuant partout.

 

« Be the start-up of you« , résume l’un des fondateurs de LinkedIn. Ou la capacité – exigence récente des recruteurs et DRH – à devenir le commercial de soi-même

 

Crédit Pôle emploi

Du côté des grandes entreprises, recruteurs et départements RH ont de surcroît un portrait-robot clair des jeunes diplômés. Bon à savoir : ce dernier se base toujours plus sur les qualités personnelles. Conséquence: on peut résumer cela en trois maîtres-mots :

 

  • souplesse
  • capacité d’adaptation
  • agilité

 

Aujourd’hui, des robots algorithmes aident donc à la sélection des candidats. Ils filtrent, trient, rejettent une partie des candidatures adressées aux grands groupes. Selon toute probabilité, pour être mieux repérable, LinkedIn recommande un nouveau savoir-être, à côté des savoir-faire : « Be the start-up of you. » Ou la capacité, comme le résume l’un des fondateurs du RS, à devenir le commercial de soi-même.

Et vous, êtes-vous plutôt étonnés de retrouver ces métiers digitaux en tête du peloton? Ou, en définitive, cela ne vous fait ni chaud ni froid ? Faites-le nous donc savoir en commentant cet article.

 

Sources : 

Pour davantage d’articles sur l’emploi en Belgique, Wallonie et ailleurs, nous vous renvoyons à d’autres publications sur Webareyou : Uber, Caterpillar et Monsanto-Bayer

Philippe Golard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *